jeudi 30 décembre 2010

Motifs picturaux et bibliques de la boucherie ( Suite et Fin )


Rappel
La suite de la narration de la bouchère et veuve d'Ambalikisoa . Celle qui , durant une crise de fièvre mystique aurait cru voir ses morts et Jésus . Visite de sa bicoque .


Commentaires : la devise écrite sur une charrette de Tsiroanimandidy , région classée zone rouge ou hostile . Alan'olo faTianjanahary. Méprisé par les gens, aimé du Créateur.La croyance ferme et sereine d'une justice et d'un amour supérieurs et divins . Animisme et monothéisme : Zanahary ( le créateur)


Commentaires : Portrait de Madame Veuve Ranivo, armée d'un fusil ( sens non militaire mais mot technique désignant l’instrument lui même) à la main gauche et d'un coutelas. Et à gauche, la phrase pieuse de sainte Marie Mère de Dieu : Aoka isika hanana fo madio ( Que chacun ait un coeur pur). Je crois aussi que " les cœurs purs "est une magnifique chanson des communards de Paris pendant l'époque de la fameuse révolution Française à Paris . Je crois .


Commentaires : Tompo ô ! ambinona amin'ny asako aho
. Mon Dieu, protégez moi dans mon métier. Sur ce mur maculé de chiures de mouches et de poussière, une prière, une croyance aussi que personne ne va l'agresser dans sa bicoque !

Commentaires : L 'ange Saint Michel , le chasseur du dragon , un calendrier sur lequel est aussi accroché une croix de bois et sous le calendrier , encore une soucoupe " sainte " sur laquelle est écrite une phrase biblique . Durant la photo , un client acheteur de viande marchandait les bons morceaux de viande : " Aza hatao be taolana re ny ahy é " ( Ne me mettez pas trop d'os s'il te plaît "

Commentaires : Le rêve prémonitoire de la bouchère . Elle avait vu , en songe , un homme qui portait sur ses épaules un agneau et qui lui disait de dessiner son portrait sur le mur pour qu'elle trouve la PAIX . Sous le regard de Jésus , les viandes sur l'étal ou suspendues sur un croc . Les ustensiles de la bouchère comme la hachoir (antsy be fikapana ) et le coutelas (antsy fandidina) sont posés sur un tronc sectionné d'eucalyptus sur lequel la bouchère découpe les morceaux (tahalana fikapana hena) .

Conclusion

C'est avec cette page aussi que je clôture l'année 2010 . Merci aux nouveaux membres du blog paysans . Et mes sincères reconnaissances à ceux et à celles qui étaient toujours avec moi depuis Février 2009 , année de la création du blog . Mille mercis à ceux et celles qui cherchent toujours avec moi le chemin de leur Village , de notre village plutôt .

A l' année prochaine .

Bekoto


dimanche 26 décembre 2010

Tableaux : Voeux de la Bouchère ( 1 )

Salama , Bonjour

Commentaires : Zébus à fosse ou d'embouche dans la région de Tsiroanimandidy ; élevés en plein air ces monstres de la nature peuvent peser jusqu'à 200 à 300 kilos ( Omby gasy mifahy ) .

Ambalakisoa

Dans la banlieue Sud d 'Antsirabe , un quartier populeux et louche à souhait : Ambalakisoa ( parcs des porcs ou du bétail aussi ) . Dans les années 50 , les lieux périphériques de la ville servaient de gites de passage pour les paysans de la région qui montaient en ville chaque samedi pour emmener leurs fruits , légumes et bestiaux à vendre . Au fil des années et de l'histoire mouvante de la ville , Ambalakisoa offre un paysage rustique avec ses enclos , ses poulaillers , ses porcheries familiales . Un rien de promiscuité sociale ici , car se côtoient et co-exsistent le migrant bouvier Bara , le fruitier Antefasy de Mananjary, les grands acheteurs de paddy Merina ou Betsileo et , comme à l'accoutumée , les vilains pickpockets , les brigands de grands chemins sont légion . Au loin , à l'orée de l'ancienne cimetière des lépreux ( ex -arbrotum ) , sous l'ombrage d 'immenses conifères, souvent , une séance d'exorcisme provoque l'attroupement des badauds curieux et des villageois rigolards . Dans la joyeuse tumulte des jours des grands marchés paysans , Ambalakisoa s'était reconverti en ce lieu éminemment " informel " pour les rencontres paysannes , avec ses histoires villageoises , ses problèmes et ses habitants qui , tout en résidant dans une ville , semblent ignorer les impératifs d'une urbanisation . Nous sommes dans un grouillant et gros village péri-urbain . Ranivo , la bouchère , y est une figure mystérieuse , mais marquante des lieux .

La vocation de Ranivo la bouchère

Petite bonne femme d'une quarantaine d'année et veuve d'un boucher célèbre dans le quartier , Ranivo et se parents exerçaient plutôt leur métier de fruitiers ambulants et ils faisaient en longueur d'année ,des voyages incessants dans toutes les provinces pour trouver les fruits de saison comme les mangues , les litchis , les papayes etc ...La famille de Ranivo n'appréciait guère son alliance avec " son boucher" ( io mpivaron-kenanao io ) . Leur raison était que les fruits leur avait porté chance et bonheur dans leur vie et que les enfants doivent continuer à perpétuer ce bon métier . Mais Ranivo n'accorda guère une attention à la désapprobation de sa famille et fit ménage avec son homme " à bêtes " ( mpilalao biby ny vadinao io )

La révélation ou la fièvre ?

Un jour , un terrible accident de taxi brousse causa la mort brutale et de son mari et des membres de sa famille . Ranivo fut obligée par ses malheureuses circonstances de prendre donc en main la boucherie de son homme et les étals de fruits de ses parents . Mais un soir , une méchante fièvre l'alita pour une bonne semaine et dans son délire , elle discuta , en rêve , selon ses propres enfants et elle même , avec ses parents morts et son mari décédé . La malade possédée ( ? ) insista étrangement sur la présence dans ses songes : " d'un homme , au long cheveux , ayant un regard doux et profond . Cet homme transportait sur ses épaules un agneau et lui disait de dessiner des images pieuses dans sa boucherie ...Pour trouver la PAIX " ( Lelilahy miantsagora zanak 'ondry , no tsara fanahy ) .

Quartier louche et chaud

Le quartier est de ce qu'on nomme un bien mauvais coin ( tena toerana ratsy io ) en raison des garnements malpolis, des asociaux violents et des détrousseurs sans scrupules de vieux paysans (mpanendaka be antitra ) . Malgré la vigilance du Fokonolona et le quadrillage sévère des policiers de ces lieux inquiétants et louches , les vols , les attaques de magasins font parti du lot quotidien de cette population besogneuse d'Ambalakisoa . Tenir cette grande boucherie pour une femme seule était vraiment risqué , voire un appel au vol et au crime simplement . Mais Ranivo , entêtée , tient bon . Elle chercha alors , par prémonition , un dessinateur populaire , ces grands créateurs des fresques paysans . Et à l'artiste peintre , elle fit une description méticuleuse des images et des dessins qu'elle désirait pour être des décorations et une " protection" de son métier . Et c'était des images bibliques et des dictons paysans , les mêmes éléments qui avaient hantés et peuplés sa subconscience malade .

Conclusion

Ranivo la bouchère est connue , respectée dans son quartier car d'abord le métier d'homme peut être aussi celui de sa femme , enfin , son inexplicable état de transe fiévreuse l'aurait mise en rapport avec " ses morts et un homme qui s'avère être Jésus christ lui même " . Sinon , sa boucherie fonctionne bien là bas à Ambalakisoa où bandits sans foi ni loi et spéculateurs véreux font parfois la pluie et le beau temps. Est -ce un miracle si Nivo ne soit jamais victime des voleurs et brigands ?

A Suivre : Les motifs picturaux et bibliques de la boucherie ( 2 )

Joyeux Noël .

Bekoto

samedi 18 décembre 2010

TABLEAUX : Dictons et proverbes




Commentaires : Dicton écrit au dos des Pousse pousse : (trad ) " Aussi insupportable que le jar ( mâle de l'oie) , dévoreur de semis , car c'est le voleur lui même qui défie ( ? ) et apostrophe tout le monde " Arrogance et impunité du coupable ?


Introd
uction
Les tableaux paysans ou les motifs picturaux sont un support pour véhiculer messages ou
proverbes . La contemplation est active et l'imagination créatrice car libérée .


Commentaires : fantaisie géométrique , selon Radany le peintre , pour décorer les pousse pousses .



Commentaires : Trois sujets sont en jeu dans le tableau : une femme , apparemment une étrangère du village ou tiers personne , un voleur de poule avec un chapeau et qui brandi une grosse pierre en direction d'un groupe de gens entassé à l'extrême droite du dessin . Ce groupe de personnes poursuit le voleur , et peut être aussi , c'est le fameux Fokonolona . Le tableau bucolique et pittoresque masque mal la tragédie et la cruauté de cette histoire car , le voleur se fera massacré et lapidé par la foule en furie à la fin !


De la violence
L'analyse sur le comportement prédateur du jar , dévoreur de semis de riz , démontre , en filigrane , le processus Action/réaction ou l'engrenage de la violence légitime en milieu rural . Le dicton est animalier même si le message s'adresse à la Société rurale entière , sanction social et " normative " .
Gisa lahy mangalan-ketsa ka izy indray no avo vava
Aussi insupportable que le jar , dévoreur de semis , car c'est lui même , le voleur qui tiens son verbe haut et fort ( pour ne pas dire gueuler ) .

Commentaires . La confrontation entre le Fokonolona et le voleur de poule dont la tête blanche du volaille émerge du panier de l'homme . Et le Fokonolona est composé de 4 ( quatre ) personnes . Le mauvais personnage est menaçant et semble lancé des insultes et invectives . Au dessus de sa tête , le doigt accusateur d'un témoin .

Le jar ( Gisa lahy )
Les apparences agressives du jar sont vraiment impressionnantes , le poitrail bombant , le port de tête , les cris , et le déploiement des ailes . Il fait peur et intimide . Mais c'est de l'esbroufe ( mamono - vorona ) .


Le semis ( Ketsa )
Le semis est précieux car c'est de lui que dépendra toute la prochaine récolte . Les petits paysans gardent jalousement le semis et le protègent des oiseaux granivores ou des rongeurs aussi . Un semis improductif est une honte ( maty ketsa izany mahamenatra ) , car c'est un vaurien ou un pauvre d'esprit celui qui n'est pas capable d'avoir un semis normal .


Commentaires : Le témoin du vol est une tiers , étrangère au village ( vahiny ao an'tànana ) , occidentalisé dans ses apparences . Muni d'un appareil photo , d ' un sac au dos , le témoin affiche un visage désabusé et apitoyé ( affligé ? ) face à ce délit perpétré au grand jour , sans honte ni scrupules . Le statut du témoin lui permet d'être neutre et objectif car il ne fait qu'observer et assister à la scène .

Verbe arrogant ( avo vava )
La façon de parler , le code oratoire , la courtoisie sont indispensables dans les cas de tension en brousse . Respectez vos ennemis ( Hajao ny Fahavalonao) . Le jar en question a fait un péché d ' impertinence , de mépris et d'abus évidemment . ( C'est le criminel lui même , en plus , qui ose intimider) . Cette phrase sous entends déjà une énergique prise de position des paysans victimes et qui vont préparer à mener une représailles collective , la riposte ou la fameuse justice populaire qui incommode l'État et la justice elle même . Ce type d'auto-justice est parfois sujet à des dérapages.

Conclusion
Si , par hasard , un paysan vous traite de Gisalahy , méfiez vous car c'est un sérieux avertissement ayant un rapport avec vos comportements ou votre discours .Vous avez fait une faute . Et souvent , un châtiment est en préparation . Le drame s'est d'ignorer le terme de Gisalahy en premier lieu .

Bonne journée

Bekoto

PS : Suite : Les voeux de la bouchère ( ilay fanirin'ilay mpivaron-kena vavy )





samedi 4 décembre 2010

HISTOIRE ANIMALE ( 12) Les abeilles Malgaches

Samedi 4 Décembre 2010

Salama , bonjour

Commentaires : Enseigne sur une pâtisserie ( mpivarotra mofy mamy ) en brousse . Nous pouvons contempler dans la vitrine des beignets et des gâteaux . "Trano bongo feno ronono ka sarotra hatao hoe...." ( modeste est notre mansarde , mais lait ( et miel ?) sont en abondance , c'est déplacé et exagéré de nous affirmer que nous sommes ...) . L'écriture était inspirée d'un dicton populaire . Le pâtissier- paysan avait tronqué la phrase pour que les gens puissent compléter , mentalement eux même , la fin du dicton . La traduction large et totale est ainsi " Humble est notre mansarde , mais notre lait et notre miel sont abondants . Il est faux d'affirmer que nous sommes de pauvres malheureux et des mal-nourris " . La dignité des humbles , la fierté des modestes personnes ou la candeur et le solide bon sens du petit peuple .

Commentaires : Une pauvre abeille s'était fait écrabouillée et aplatie sur la vitrine par un gros morceau de gâteau moka à la crème chantilly. J'espère que cette image n'est pas cruelle . Et pour une belle mort s'en est peut être une : mourir avec un gâteau ! Petite digression car j'adore le miel et le sucré entre nous .

Introduction

La révolution belle et régulière est celle que les astres et les saisons accomplissent , naturellement ,dans notre galaxie . Je parodie ici , avec délectation , cette phrase entendue auprès des écologistes soucieux de la perturbation de notre planète , notre terre commune que nous détruisons et ce , sous couvert du progrès . Juste aussi pour annoncer que l'abeille Malgache et son miel commencent , bel et bien , à recouvrir ses lettres de noblesse - bio et sa légitime place outre Mer . Malgré tout , la nature , elle , continue à vivre comme nos abeilles dans leurs forêts d'eucalyptus , de Litchis , de mangues ,de cactus , ce rare et précieux miel uniflore de Raketa (cactus) dans le grand Sud Malgache etc...

Dernière Information - miel

Suite aux anciens articles sur le Tantely ( miel ) je vous joins un communiqué officiel sur la reprise de l'exportation du miel Malgache . Sinon bien insister que malgré l'actualité Malgache agitée et irritante parfois , il est soulageant de constater que " de petites et modestes choses fonctionnent ici , chez nous " et par delà cette conjoncture " politique " un peu dépressive ou plutôt ennuyeuse pour éviter d ' abuser sur les grands mots tels que dépression ou guerre civile ou crise ou apocalypse sans frontières ou...

Communiqué

" Grâce aux efforts déployés par les techniciens et les partenaires de Madagascar ,à partir de 2 011, 40 tonnes à 50 tonnes de miel réparties annuellement pendant cinq ans , pour l'exportation vers l 'Union Européenne ...C'est une grande première car le miel avait été sous embargo depuis 1997...Quant à la varroase ( virus tueur de ruche et traduit par Katsetsitra en Malgache ) , cette maladie ne sévit que dans les régions d'Analamanga sur les Hautes Terres et à Atsinanana , sur la côte orientale..." . Félicitations à nos techniciens et sagaces négociateurs . En attendant aussi la levée des sanctions sur la viande de zébu Malgache .

Je vous joint ici un ancien article sur les abeilles Malgaches en complément d'analyse .

Bon week end et au plaisir !

Bekoto

VENDREDI 30 AVRIL 2010

HISTOIRE ANIMALE(9) ; Les abeilles Malgaches (2)

Les abeilles Malgaches ( suite )
Je suis encore dans l'expectative et le doute quant à la réalité de la menace du varroa . Est ce une menace localisée sur deux régions seulement ? C'est confirmé aussi que ce sont les exportations qui vont souffrir ( litchis ...) à cause de la " fuite et de la disparition" des abeilles pour des raisons encore indéterminées ...Mais touchons du bois. Comme on dit .


Commentaires Photoblogpaysans : " Détail de la statuette . la finesse de l'œuvre avec la perfection des traits et muscles tendus du dos nous indiquent toujours que le miel était lourd et bien bon (tsara ny vokatra tantely taminy ity )

Le varroa et les acteurs dans la lutte

C'était l ' Agence Française de la sécurité sanitaire des aliments ( AFSSA) qui avait , en premier, alerté sur la présence du virus des abeilles . Et c'était un apiculteur dans la Région d'Analamanga , sur les Hautes Terres centrales , qui avait la première victime . Plus précisément , c'était ses abeilles qui furent plutôt mortes car le virus flétrissait les ailes de nos précieux insectes qui meurent après de faim , faute de pouvoir bitumer .
L'appel a été ensuite relayé par un technicien de la Fédération nationale des apiculteurs (FNAM)
Par ailleurs , la Direction du service vétérinaire monta un système d'informations pour détecter tous les nouveaux cas suspects de Varroa .

La recommandation administrée par les techniciens est de brûler rapidement les ruches infectées .
Les dégâts induits par le varroa ( ? ) toucheront aussi les
Litchis de la côte orientale (1) . Car , en Juillet , ce sera la pollinisation des fleurs des litchis par les abeilles et par autres insectes pollinisateurs ( papillons , guêpes...) . La pollinisation éolienne,par le vent dominant du Nord Est, est aléatoire évidemment . D'où l'importante implication de la Plateforme de Concertation de la filière litchis dans la lutte ( PCL).
Le centre technique horticole de Toamasina ( CTHT) sur la côte orientale , est aussi un acteur de la lutte car il dispense des formations en apicultu
re " moderne " propre à l'exportation et dont la traçabilité du produit est dans les normes .

Commentaires Photoblogpaysans . " C'est un arbre à double mâts fourchus . Peut être que l'essaim se lovait au creux de deux fourches ? Les signes et motifs sacrés ou ésotériques marqués sur les sculptures Zafimaniry représentent souvent des doubles volutes , des losanges , des oves , ou des dents de loup .Ici , j'estime que c'est une étoile , et non pas une trèfle selon certains . Une étoile du matin ,le fameux fitarikandro ou étoile de vénus du matin . La collecte du miel se fait juste après l'aube . Les abeilles engourdies sont dociles à cause du froid et ne peuvent pas aussi voler car la rosée lui collent leurs ailes "

Faits divers

Le miel , une fois à Maevatanana , avait provoqué un trouble sans pareil . C'était à propos d' un paysan de cette commune située dans la Région du Boina . Cet homme avait , un jour, acheté du miel sauvage sur le marché du bourg . Le miel se vendait par cuillerée et le paysan en ingurgita trois ou quatre coups . Mais arrivé dans sa case , il se plaignit de maux d'estomac et mourut le soir même après avoir déliré et cité maint fois le nom du vendeur de miel ; " Leva m'a vendu son miel...Leva nivarotra Tantely tamiko " . Mais quelques heures après son trépas , le cadavre fut assailli et complètement recouvert de fourmis géants ( vitsikambo ) . Les gros insectes grouillèrent sur tout son corps et ressortaient par toutes les orifices possibles : les narines , les oreilles ... une vrai fourmilière vivante que ce corps mort ! La famille , horrifiée , sortit le matin à la poursuite du vendeur de miel . Celui ci était toujours là devant son étal . La famille l'accusa avec véhémence de sorcellerie ( mpamosavy ianao ) . La foule s'attroupa , agressive et menaçante ; quelques personnes exhibaient même des gourdins et des machettes . Le pauvre vendeur tremblant de terreur avait dû lui même , sous le terrible regard des gens , manger son propre miel pour prouver que son produit n'est pas ensorcelé ( tsy misy mosavy io ) , que c' était son métier depuis des années , que ses parents eux même étaient des chasseurs d'abeilles réputés etc...Le Fokonolona intervint alors pour protéger le vendeur et régler ce sinistre litige sur la place du marché de Maevatanana en effervescence . Mais le vendeur , lui , ne mourut pas après avoir avalé son propre produit . Ensuite , le Docteur du bourg , après avoir vu le cadavre /fourmilière avait conclu que : " Ce n'est pas le miel qui l'avait tué... moi même j'en achète souvent à Leva le colporteur. Votre bien aimé qui gît là bas , souffre sûrement d'une hyperglycémie(manao Angamamy be izy io ) ..." C'était en fait un diabétique qui s'ignorait . Le miel n'était pas en cause , ni Leva le colporteur . (4)

Commentaires Photoblogpaysans " Détail de la Statuette ". Petite histoire encore : Une grande Société ayant pignon sur rue à Madagascar, depuis 1949 , écrit pour sa publicité ; " Nos miels de qualité Extra (cannelle , niaouli,litchis...) sont conditionnés dans le respect des normes sanitaires internationales . les abeilles malgaches sont exemptes des maladies usuelles , nos miels sont libres de résidus d'insecticides .


Commentaires Photoblogpaysans . Dessin sur pousse pousse . " les abeilles s'étaient enfuies dans les profondes frondaisons des forêts primaires à cause des pollutions ....Il y a aussi le rare et précieux miel des Baobabs car , parfois , les essaims d'abeilles gîtent dans le baobab "
Notes
1) Sur une production annuelle estimée à 500 000 Tonnes de litchis , Madagascar exporte , vers l'Europe , 100 000 tonnes/an environ ou plus .

2 ) Site d'extraction du Nickel . Projet d'Ambatovy et le débat dans les médias sur les supposés produits chimiques que la société aurait utilisé pour la désinfection de leur site.

3) En principe , les Méga-Projets sont soumis à la mise en comptabilité Environnemental (MCE)..Les pollueurs paient . Je dis bien , en principe . La notion de Projet dévoreur d'espace circule en ce moment dans les couloirs des chercheurs et " écologistes " Malgaches.

4) Les malgaches anciens emmènent souvent les enfants devant une fourmilière et ceux ci doivent uriner dans l'orifice d'où sortaient les insectes . Si les fourmis s'agitent beaucoup et s'excitent , ces enfants doivent prendre de la tisane ( mihinana tambavy ody angamamy ) afin de réduire le taux de sucre en eux . Les fourmis sont indicateurs de glycémie . Propos rapporté par le Professeur Rakoto Ratsimamanga sur les plantes médicinales Malgaches et les diagnostics dit empiriques des guérisseurs traditionnels .

PUBLIÉ PAR BEKOTO À L'ADRESSE 10:48 http://img1.blogblog.com/img/icon18_email.gifhttp://img2.blogblog.com/img/icon18_edit_allbkg.gif

5 COMMENTAIRES:

http://img1.blogblog.com/img/blank.gif

Nivoelisoa G. a dit…

Coucou, Bekoto,
Superbe démonstration sur la superstition, le rôle de la rumeur, sur la vindicte populaire, l'insuffisance de l'information en matière de santé, la possible efficacité des autorités locales hors des grandes villes... et j'en passe.
Le récit de la mort du diabétique est digne d'un film d'épouvante ou fantastique (voir Lemming).
De surcroît, j'apprends le nom du diabète en malgache : "angamamy". Je devrai relire le Pr Rakoto-Ratsimamanga donc (encore de la lecture en attente).
Pourvu que nos abeilles subissent une fausse alerte. Que le varroa soit un faux phylloxera.

Je suis fan de ce blog, toujours très instructif sans prise de tête, réaliste/poétique/esthétique, documenté, super bien illustré ! Un singulier voyage. Que du bonheur.

À bientôt et surtout MERCI,
Namanao.

1 MAI 2010 20:18 http://www.blogger.com/img/icon_delete13.gif

Bekoto a dit…

Merci Chère Nivoelisoa
Pour un voyage à travers le miel , c'est un grand voyage en effet car j'ai moi même beaucoup appris sur les relations " sacrées" entre les Zafimaniry et les abeilles .
Oui , j'espère que c'est une fausse alerte ou un cas isolé que ce varroase détecté à Analamanga ...Précisons que ce sont les apiculteurs " modernes" qui sont menacés.Les abeilles sauvages ont bel et bien migré ailleurs , loin des hommes .
Bien à toi et à la prochaine
Bekoto

2 MAI 2010 18:06 http://www.blogger.com/img/icon_delete13.gif

http://img1.blogblog.com/img/blank.gif

Prettyzoely a dit…

Bonjour Bekoto,
J'ai compris à travers ton récit qu'il y avait une relation entre l'art Zafimaniry et les abeilles...Oui car j'ai beaucoup de ces statuettes que j'avais achetées à l'époque à Ambositra...Nostalgie, Nostalgie...
Encore et toujours merci pour ces informations...
Bonne journée

3 MAI 2010 08:25 http://www.blogger.com/img/icon_delete13.gif

http://img1.blogblog.com/img/blank.gif

Prettyzoely a dit…

Et ces abeilles sauvages ont bien raison de s'être éloignées des hommes...

3 MAI 2010 08:27 http://www.blogger.com/img/icon_delete13.gifBekoto a dit…Salama Pretttyzoely
Les relations du Malgache avec la nature(notre nature)sont fortes en symboliques , en valeurs spirituelles ...Les rites quotidiennes ou tabous autours de la rizière , la prière avant l'abattage d'un arbre ( Chez les Zafimaniry toujours)ou bien , pour l'actualité ,le trouble socio-politique autours du projet de pomper la rivière Faraony à Manakara pour vendre de l'eau aux Arabes..Sur ce projet , la population locale a évoqué la présence des " Tompon-drano" ou Esprits/Maîtres de u fleuve...etc...Surtout que le Projet du Fleuve a capoté pour cause de Non/acceptabilité sociale Nous vivons peut être en pleine " mythologie "? marchons encore , c'est l'essentiel .
bekoto
PS : Et si la nostalgie sera au Futur ?

4 MAI 2010 18:24 http://www.blogger.com/img/icon_delete13.gif

mercredi 24 novembre 2010

MIGRATION PAYSANNE N ° 6 : Etude de Cas


Avertissement
C'est la 6 ème page technique et analytique qui fait suite à la politique Nationale de la migration , politique vue et vécue par les paysans usagers eux même . Et le point de vue risque d'être parcellaire et incomplet . Merci de la compréhension .

Introduction

Deux régions de migration sont abordés ici comme exemple : Le Bongolava et le Vakinankaratra. . En théorie , La migration ( Fifindran-monina) est une des clés de développement car , les paysans sans terre pourront produire , et les gens de la ville auront une chance pour le faire aussi , sinon les intellectuels chômeurs ou courageux pourront refaire une autre vie en brousse . Un avenir radieux si c'est exposé ainsi .
Mais les réalités sont autres . Cette page est la suite d'une ancienne page sur la question . le chercheur Radison était déjà intervenu ici et son avis d'agronome chercheur est reproduit ci bas , dans " Migration n°5 ". Merci Radison .
Commentaires : Village de migrants installés ici depuis 50 ans . Commune Soanierana , région du Bongolava , Tsiroanimandidy . Cette charrette va aller dans un bas fond pour récolter du manioc. La commune , sous peuplée , a 1 120 âmes , avec une moyenne de 10 habitants au km2 .
Politique de Migration
Une des approche de développement consistait , par exemple , à"déplacer" la population en difficulté de la ville vers les vastes terres non- cultivées dans les zones consacrées ( ZAF ou zone d'aménagement Foncier ou bien les Ex- ZMA ( zone de migration Agricole ) .
Les faits sont là : la migration subventionnée par l'État et les organismes Internationales ou par des sociétés à vocation commerciale n 'ont pas encore donné des résultats escomptés . Les raisons évoquées durant les classiques évaluations sont nombreuses et compliquées aussi :
1 ) Les migrants originaires de la Ville et/ou enfants de non- paysans sont inaptes à travailler et à vivre en brousse . Dit -on .
2 ) Des facteurs exogènes ( ou extérieurs ) perturbent les projets : Insécurité causée par les Dahalo ou brigands , enclavement du site , inaccessibilité des paysans aux services minimum comme la santé , l'école pour les enfants...
3 ) Erreur de conception de départ : ce sont les experts plus ou moins déconnectés du terrain réel qui " imaginent " des solutions à la place des paysans ou sans l'avis des paysans eux même .
4 ) Enfin , le fameux dysfonctionnement des services compétents pour ne pas dire la mauvaise coordination État/Usagers et Public/privé ou , en clair , les crises cycliques ici ( kirizy mirerimberin-dava ity foana ) . Un des impacts de toutes ces crises répétitives c'est surtout l ' impossibilité d'avoir une vision d'avenir paysanne solide et stable , et une bonne " politique" de développement qui soit indépendant et libre de toute litige entre les gens du/hors pouvoir . Cette politique tient le Développement par la gorge ? .
Ce point de vue est brut , carré même . mais le débat est toujours ouvert pour un développement paysan . Ce Blog est fait pour recevoir les avis .


Commentaires : Villages de migrants d'Ampamohizankova . Région Tsiroanimandidy . Ce coin est réputé pour son or . Nous sommes en zone rouge ou hostile .


Brève étude de cas

Région du Vakinankaratra
Commune de Beakanga ( lieu où foisonnent les pintades ) . District de Mandoto ( lieu poussiéreux qui salit )
. Zone de migration qui était à la fois ( oui c'est de l'imparfait ) un des sites pour l'application de la Révolution Verte ( 2005 - 2010 ) ou l'agro- business pour le développement rural .

Récit
: " Le paysan , avec son chapeau de paille doré fabriqué en paille de blé ( varim-bazaha ) et son Lamba ou toge flambant neuf était ici en ville venu pour négocier quelque chose . Il frappa d'abord la porte d'une ONG collègue pour prendre des renseignement sur les poissons ( manao dobo trondro ) .Et puis juste après il avait voulu parlé avec des personnes qui connaissaient le Droit Foncier . Et de bouche à oreille , son histoire me fut parvenue : " J 'avais acheté des terres , raconta -t-il , il y avait 6 ans (2004) à un autre paysan qui avait mise en valeur ses même terrains depuis 18 ans . mais depuis un certain temps , les feux de brousse ravageaient ma récolte systématiquement . Les autorités communales me conseillent de ne pas réagir car elles soupçonnent que ce sont les bouviers nomades Bara qui incendient les tanety pour me dissuader de m'y implanter ..." . Derrière l'histoire de ce paysan anonyme peut se résumer toute la problématique tragique de la migration ( inconstance des projets , réaction de la population locale contre les nouveaux résidents , absence chronique de l'État...)

Commentaires Photo : La case de migrant pauvre est devant la maison d'un autre migrant riche . Le nanti a construit en béton et possède une charrette qui est accolée au mur là bas . La maison du pauvre , en toit de chaume gris , comporte un bric à brac accroché sur ces murs . ce sont des tôles galvanisées qui servent à récupérer l'eau des pluies et nous pouvons en voir un récupérateur au dessus de la porte d'entrée , un autre , en angle incliné , sur le mur .


Écriture et devise sur une charrette
Commentaires : écriture sur la charrette du migrant " Izay mangina volamena " ( Le silence est d'or ) . La peur , la loi du silence , ou l'ormeta règnent en ces lieux éloignés des lois et de Dieu ( tany tsy misy Andriamanitra ) .

Le fond du problème
:
Cette zone sus citée , le Vakinankaratra , est l'enjeu des intérêts contradictoires ( convoitises ? ) entre les prospecteurs miniers , les spéculations de l'agro-business et , enfin les petits paysans sans terres eux même . mais un autre acteur historique avait resurgi sur place : les clans des bouviers Nomades Bara , maîtres historiques de ces espaces . Les Bara désirent simplement leur Droit de pâturages et un accès à l'eau des fleuves ou sources pour abreuver leurs milliers de troupeaux de zébus . Les plantations les gênent .
La grande question :
Jusqu'ici , aucune politique n'avait pas encore été assez efficace pour harmoniser un environnement propice pour gérer simultanément l'action du migrant sédentaire et celle bouvier nomade . Les troupeaux des Bara , par exemple , mangent systématiquement les plantations du paysan . Le bouvier se retrouve en prison pour cause de " divagation d'animaux" . L'engrenage et l'escalade se déclenchent alors car les clans des nomades réagissent contre etc...Commentaires : Dessin populaire sur un manège abandonné " Le semis chez nous est fait par l'Homme et la femme " ( Manetsa daholo na ny lahy na ny vavy aty aminay ) . Curieux dessin en effet car rares sont les endroits où l'homme accomplit le travail de la femme .

Résumé

Le cas du paysan - migrant reflète le dilemme sur la manque d'une réelle politique agricole à entreprendre à Madagascar:
1 ) Nos paysans sont -ils capables de se subvenir eux même , sont-ils utiles ? ( sans provocation car cette idée émane systématiquement de certains cercles de décideurs depuis 1960 )
2 ) Le projet de révolution verte initié là bas fut en suspension ou abandon car les bailleurs avaient plié bagages . le contrat MCA , pourvoyeur de fonds , avait expiré en 2009 . Et la tentation de "squatter" ces plantations en friche ou de les brûler aussi sont des risques réels .
Mais est - ce opportun et intelligent de livrer ces terres aux investisseurs étrangers désireux avant tout d'exporter leurs récoltes ? Argument négativiste et classique : " le paysan ne fait rien etc..."
3 ) Et les prospections sauvages ou non de mines qui continuent dans le coin depuis l'annonce de la mise en place d'un comptoir de l'or en 2006 de ce côté de Beakanga et Anjoma - Ramartina?
4 ) etc...

MIGRATION PAYSANNE N ° 5 ( Reprise )

La Letttre de Radison , agronome et chercheur . Etats Unis . ( suite )

Les Recherches de Monsieur Radison m'ont orientées vers Madame Elinor OSTROM , politologue Américaine , première femme à recevoir le prix Nobel d'économie en 2009 .

Les travaux et les analyses de la bonne gouvernance et , en particulier des biens communs (commons) d 'Elinor OSTROM méritent en effet un important détours sur la question petite paysannerie évidemment et petites exploitations agricoles .
Je vous avoue Monsieur Radison , que je n'avais pas du tout fait un rapport entre le paysan Malgache et le petit agriculteur de Minneapolis en Amérique. Excellent d'avoir"Mondialiser" la question paysanne . Merci .


Commentaires
: Tableau sur pousse pousse . " un romantique pensa , à la vue de ce dessin , que c'est une balade d'amoureux en brousse . Un poète solitaire imagina lui une magnifique définition de l'amour car " un grand amour est parfois un désert à deux comme ces cyclistes perdus en brousse...Mais un ami paysan , soupçonneux , interpréta ce dessin comme des riches et oisifs Vazaha qui prospectent à Madagascar des terrain à acheter ! "

" Tragédie " des Biens communs

Madame Elinor OSTROM écrivait , entre autres :
" Par exemple, des villageois qui se partagent un champ de pâture sont incités à le surexploiter : chacun a intérêt à y faire paître le plus grand nombre possible de ses vaches, puisque le champ ne lui appartient pas, et que le coût lié à son usure est partagé avec tous les autres éleveurs.
Pour la plupart des économistes, la solution à cette « tragédie »(1)passe soit par la création de droits individuels de propriété, qui font que le coût est payé par celui qui tire profit du bien, soit par la gestion des biens communs par la puissance publique.
Cette tragédie des communs se pose, en particulier, dans la gestion des ressources environnementales, qui n'ont souvent pas de propriété individuelle établie..."

1) Mot utilisé par La Prix Nobel

Pour plus d'informations voir SVP : http://fr.wikip edia.org/wiki/Elinor_Ostrom

le site de migration de Morarano
(photo extraite du film MAHALEO)
Question paysanne et Crise
Et la vie en brousse continue , malgré tout et ce "tout" s'applique au litige politique persistant , aux polémiques autours , au débat passionnel ou passionné dans les médias etc ...
La population active en brousse est estimée à plus de 3 000 000 de personnes en terme de main d'œuvre actif ou de paysans prêts à travailler si on veut .
La majorité des petits paysans exploitent des espaces comme ce paysage ci-dessus. (Voir : les Migrants n° 4 sur l'historique du conflit foncier dans ces lieux) .
Face à la crise au sommet qui sévit toujours à Madagascar , et au vu de la difficulté des paysans à comprendre si oui ou non , il y a toujours un responsable étatique en ville ou de savoir à qui il faut s'adresser en cas de services urgentes ( demande des renseignement sur les subventions aux communes ) , la perplexité saisit l'esprit de modestes personnes en brousse .
Un partenaire paysan m'avait une fois demandé :
"Avec la crise du pouvoir actuel en Ville ( fanjakana miady an'trano io ) , est ce que je peux encore travailler la Terre même sans Ministère de l'agriculture ? "
Je lui répondis : " Oui . Travaille vos terres . Ils vont toujours s'arranger entre eux en ville, mais toi par contre, tu n'auras pas de récolte si tu ne fais rien " .
Journée Mondiale des femmes Rurales
En attendant ainsi les suites des travaux de notre chercheur Radison , l'évènement titré sus -citée avait été célébré à Marovoay ( là où pullulent les caïmans ) .Un des greniers à riz de Madagascar avec ses quelques 20 000 Ha de rizières irriguées.
Le vendredi dernier , 23/10/09 . Il y eu une mise sur le marché des semences favorables au climat chaud et sec de Boeny ( la variété TAHIA ...) L'île possède , entres autres , plus d'une centaine de variétés locales ou exotiques diront les Américains . Il y eu aussi question de la variété Ali-Combo , qui fut ( ?) une des premières qualité de riz pour l'exportation dans le monde. .
Ali-Combo était un chercheur Agronome arabo-Malgache qui avait mise au point l'espèce variétal du riz à long grain Ali -Combo , son éponyme .
La fête du village fut encore au rendez vous à Marovoay .Et bonne fête à toutes nos femmes rurales à Madagascar et dans le monde .
Marovoay est aussi par ailleurs , une des région qui attire tous les Migrants de Madagascar à la recherche de bonnes Terres .
Bon vendredi
bekoto

PS : Suite du chapitre / Les Migrants et paysans soldats d'Anosiarivo-Manapa N°4 ( Fin )

Commentaires : Dans le village de Soanierana , dans le Bongolava , un veau ce matin là était né . Il est là le petit veau au pelage noir et encore maladroit sur ses pattes graciles , tremblotantes . En prenant cette photo , les paysans , apeurés et inquiets , me prévinrent de rester sur mes garde car la vache est farouche ( tandremo fa masiaka be ny renin'omby an ! ) .

jeudi 11 novembre 2010

FONCIER N° 19 : Le point de suspension ...

Commentaires : miniature sur Pousse pousse . le couple paysan revient du Marché de la ville (Avy niantsena dia nody izy mivady) .

Salama

Un litige foncier avait brutalement éclaté , début Novembre , dans la commune rurale montagneuse d'Ambatonikolahy , dans un minuscule Fokontany , celui d' Antanifotsy . Les pourtours de cette affaire gardent encore ce rien d'étrange et de mystérieux surtout . ( 1 ) .

Commentaires : Écriture sur Pousse " Marina ve fa aleo mifanena any Mpamosavy toy izay aminy Mpandainga ? ( Est -ce vrai qu'il est préférable de rencontrer une sorcière que d ' avoir affaire à un menteur ? ) . L'auteur paysan doute beaucoup de ce proverbe traditionnel moralisateur . L'épouvante et la terreur des sorciers sont trop primaires que le chaos mental occasionné par la sorcellerie ( ody mahery ) n'a pas d'équivalence en termes de dégâts ( nisy namosavy ..lasa adala ) ...Un menteur ou un mythomane ne sont rien par rapport à la nuisance psychologique ( psychotique ? ) fomentée par de mauvais et terribles sorciers . Selon notre paysan peintre .
Récit d'Ambatonikolahy
La commune est haut perchée dans la massif d'Avoko , petite chaîne montagneuse située au Sud de l ' Ankaratra . Avoko est nommé par les paysans la petite sœur d'Ankaratra . Avec des 1900 mètres d'altitude environ , et ses micro - climats propre à ce climat tropical d'altitude , la chaîne montagneuse d'Avoko encaisse de plein front les vents dominants du Nord Est . Le paysage façonné par la paysannerie se caractérise par de magnifiques rizières en escalier et des bocages d'arbres fruitiers qui protègent les cases en pisé du vent fort et froid .
Historiquement , c'est aussi le lalan'Andrefan'Ankaratra ( piste à l'Ouest de l'Ankaratra ), refuge des Mena Lamba ou rebelles durant les guerres de résistance face à l'armée coloniale après 1897 . La création de la route Nationale n ° 7 était plus stratégique qu' économique. Cette route , nouveau pôle de développement , aspira la population des Montagnes et vida , en partie , les massifs montagneux de leurs paysans montagnards , ces descendants des" mena Lamba" si j'ose le dire ainsi . Voilà , en bref , pour les traditions et us et coutumes d'Avoko .

Commentaires : Dessin sur Pousse pousse . La terreur (Koditra) . Un voyageur étranger se perdit dans la nuit et fut poursuivi par une sorcière . Derrière la sorcière ( pourquoi c'est toujours une femme en fait ? ) , à droite du tableau , deux tombes en traits blanchâtres où on distingue confusément une croix . Les sombres nuées et la dominance des couleurs bleu - nuit et gris cendre sont géniales . Le beau fuyard , en couleurs techno chrome , est représenté comme un " occidentalisé " avec ses tennis et sa tenue de sportif . La contradiction entre un sportif couard et une"belle" sorcière aux formes nettement féminines perturbent et déstabilisent .

L'imaginaire du paysan montagnard :

Durant mes anciennes missions de développement dans les années 90 dans cette commune , trois faits m'avaient , à l'époque , intrigués et fascinés . Le Vazimba Mena , le circonciseur fou et la foudre .
Le Vazimba Mena était , d'après les montagnards , l 'esprit roi d'un Vazimba qui hante et possède encore toutes les sources d'Avoko . Tabous et interdictions protègent les sources . On n'a pas le droit de porter des vêtements de couleur rouge en allant à la source par exemple . Un paysan qui travaillait avec moi à l'époque me narra qu'une fois , des tourbillons écarlates étaient partis d'une de ces sources sacrées et avaient arrachés tous ses pommiers plantés dans sa cour . Le devin consulté du coin lui aurait alors demandé : " As tu profané l'eau du Vazimba mena ? " ( nanota azy ngaha ianao ? ) " Non ...jamais ( Tsia , sanatria ) " répondit -il affolé . Mais l'enquête du devin conclut que mon ami paysan avait commencé à élever des cochons et qu'un animal s'était bel et bien abreuvé dans l'eau du Vazimba mena qui n'aime pas les cochons . Profanation . mais est - ce un reliquat culturel de l'Islam à Madagascar ? . Le paysan arrêta vite son élevage maudit et se recycla dans les canards mulards ( sarin - dokotra ) . Les tourbillons arracheurs d'arbres et de toits s'étaient , dit -on , arrêté après coup .
Le circonciseur fou , lui , était un criminel spécial , un psychopathe traditionnel ( est -ce le mot ? ). Il guettait les petits garçons , les kidnappait et les sectionna , à vif , son prépuce si l'enfant n'était pas encore" fait", ( Mbola tsy vita fora 'ty) .
Le Fokonolona et les gendarmes l'ayant enfin attrapé , furent médusés d'avoir dans leurs mains un vieux paysan , rachitique , halluciné et possédé , cheveux fous en rasta , armé d'une faucille à la lame acérée et , enfin , revêtu d'un douteux toge rouge ou linceul ( ? ) ( lamba mena paty ve io tafiany io ? ) . le suspect déclara solennellement, à sa décharge , que les Razana , (ancêtres ) ne désireront jamais la présence des non -circoncis dans leurs montagnes . Et , enfin , la foudre . Des lieux sont réputés pour être interdits d'habitation . Et les nouveaux migrants qui s'installent doivent prendre en compte ces croyances. Je constate seulement que ces " lieux haïs par la foudre"( alan- baratra ) sont toujours à proximité des sources du mystérieux Vazimba mena .En connaissance de cause donc , il m'avait été très difficile de concevoir , avec les paysans , des projets hydrauliques comme ceux de puiser l'eau de ces sources pour alimenter en eau potable les vallées en contre bas . L'imaginaire paysan et ses logiques culturelles sont ici un facteur de blocage culturel ou un ralentisseur à toute tentative d'innovation dit moderne . Et toute négociation doit passer par la médiation des esprits et par l'irrationnel . Délicate mais passionnante mission !
Commentaires de l'enseigne : Le tabou en viande de porc est aussi observé par les hôtels et gargotes . Enseigne d'une gargote halal sur la Nationale 7 . ( Les repas servis ici sont sans viande de porc)



Commentaires : Logo fantaisiste sur Pousse . Éclectisme figuratif inspiré par 3 symboliques . Les étoiles et les couleurs bleues de l 'Union Européenne ( UE ) sauf que l 'UE possède 12 étoiles , et le dessin 11 étoiles jaunes . La face frontale de zébu qui figure aussi dans une ancienne pièce de monnaie ( ariary be ) et enfin la grande maison qui symbolise le Trano be Gasy , la Nation Malgache , ou la grande Famille Malgache pris dans son sens restrictive et inclusive car la Famille Gasy , purisme et chauvinisme mise à part , est aussi composée de ces étrangers vivant ici sur place depuis très longtemps avec nous ou ses générations d'après ( Grecques, annamites , Pakistanais , Polonais , Africains etc....) . La petite minorité des " métis " résidant localement , dans le sens positif du terme , se traduit par Safiotra ( métis ) car Miotra , possède la même résonance que Mihaotra et qui signifie : se dépasser et posséder un plus .

Le cas Foncier
Début Novembre , la population rurale d'Antanifotsy se rassembla sur la place du Marché public et convia le Fokonolona pour assister à une manifestation qui , vu de près , ressemblait à un conseil de guerre . La population aurait ( le conditionnel est de rigueur ) obtenu d'un ancien propriétaire d'un grand terrain le droit de mise en valeur des terres en friche . 100 hectares selon la rumeur , 20 hectares selon d'autres sources . C'est une vallée fertile . Et l'exploitation avait duré 18 ans . Ensuite deux personnages de la ville débarquèrent dans la commune avec des titres de propriété en bonne et dû forme . Ils commencèrent à haranguer les paysans occupants et les prièrent de quitter les lieux . La foule commença à les huer . ils quittèrent alors le village sous les insultes et les cris d'invectives des paysans enragés . Mais les gens de la ville revinrent de nouveau , décidés et furieux avec des forces de l'ordre pour assainir leur terre ( diovinay io ) et imposer leurs droits . Mais , à la vue d'une foule folle de colère et démontée , les gendarmes firent un pas en arrière et demandèrent aux gens de la ville de se calmer ou de mener autrement une nouvelle négociation . Le Fokonolona lui même pris parti et s'opposa à l'arrogance nerveuse et à l 'intimidation dont le village furent objet . Le plus dans cette histoire ? . l'astucieux jeune paysan qui avait simplement téléphoné aux médias et qui mit cette affaire Foncier sous les projecteurs des actualités nationales sur Foncier .

Et alors ?

La mondialisation et l'accès à l' information sont à double tranchant car n'importe quelle affaire sera désormais, nationalement et mondialement connu et suivi . Comme celle d'Ambatonikolahy.
Mais " n'importe quoi " de la part de "n'importe qui " aussi sera véhiculé ( rumeur infondée , intoxication politique , diversion , débat non essentiel , baratin fantasmatique etc...) A suivre .


Nouvelles de la Ville

C'était le départ du technicien de la CIRAD , André Teyssier , qui mérite notre page paysanne du jour . Ayant été un de concepteur avisé de la Lettre Nationale Foncier ( LNF) il déclara durant la réception au Ministère de l'Aménagement du Territoire ( MATD ) , notre Ministère de Tutelle de notre petit Comité Libertés pour les paysans même : " La grande île reste une référence dans le domaine du système Foncier dans toute l' Afrique ...pour avoir érigé la Lettre Nationale Foncier (LNF) . Il faudrait envisager de fonder une école nationale du Territoire , ainsi que renforcer les domaines Foncier/Fiscalité , Foncier/Environnement , Foncier/Forêt et même le domaine Foncier et mines...Il serait également d'actualité de fonder une agence Foncier qui se spécialisera dans les titres Fonciers . 26 Octobre 2010 .

Commentaires :
Cette approche multidimensionnelle du Foncier remet en question des points comme :
1 ) la centralisation à outrance et le monopole de fait du Foncier par l'administration .
2 ) La notion même de Territoire Malgache et ses richesses en " sur ou sous - sol " .
3 ) l'irruption des nouveaux acteurs de Base comme le paysan usager , le petit privé .
4 ) l'investisseur étranger et local
5) etc....
La solution sera la recherche permanente de solution
? Mais une solution largement et localement concertée , en toute transparence , avec tous les acteurs réels et possibles . Le paysan a maintenant le portable disais - je , et la maîtrise des informations concernant sa terre et son village bien sûr. Il s'agit de sa vie , de son avenir et de la survie de ses enfants . Si ce n'est pas de la légitime défense alors cela lui ressemble , en toutes proportions gardées .

Nouvelles du Monde


Monsieur Olivier de Schutter est rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l'alimentation . j'ai le plaisir de reproduire ici ses trois priorités et fronts principaux dans cette tâche complexe du Foncier planétaire cette fois ci .
1) Investir dans des cultures vivrières non destinées à l'exportation
2 ) Combattre l'accaparement de terres agricoles , devenues des " objets de spéculation massifs par des États étrangers ou des multinationales
3) Et , enfin , lutter contre l'uniformisation des cultures pour préserver la diversité génétique.

In : Le Monde . Bilan Planète . 2009 htpp//www.lemonde.fr

Bonne semaine et Merci bien à Messieurs André Teyssier et Olivier de Shutter .

Bekoto
Note
1 ) Un journal , parmi d'autres journaux , avait été saisi par les paysans et avait donc rapporté le litige d'Antanifotsy dans ses colonnes . Les noms de tous les antagonistes sont cités dans le journal . Mais le blogpaysans ne peut pas les citer au vu de la violente tension sur le terrain même et surtout pour préserver la neutralité de l'enquête et du tribunal : in " La Gazette de la Grande île " . 5 Novembre 2010 .



Commentaires : Le paysage fluvial des montagnes est façonné par l'Homme ( et la femme ) . La rivière est encore à sec et le débit de l'eau faible car la pluie avait encore tardé pendant la photo . Les paysans récupèrent ici les roches et galets de la rivière pour en faire des terrasses de cultures vivrières . Les pierres protègent aussi le bord contre la force des flots charriés par les pluies cycloniques de Février . La maîtrise de l'espace , à la traditionnelle , est là . Depuis toujours .

dimanche 31 octobre 2010

Les Communes rurales ( 5 ) : Agenda Ville/Campagne .

Salama :
Agenda se traduit par Diary en Malgache .

Commentaires : Signes géométriques sur Pousse pousse . Jeu d'asymétrie des dessins géométriques , sans importante signification particulière sinon que celle d'être simplement jolie et équilibrée dans l'espace d'épanchement du dessinateur - fétiche du Blogpaysans : Danielson mpandoko . .Commentaires : Les fêtes traditionnelles allaient bientôt prendre fin en ces derniers jours du mois de Septembre . La fanfare villageoise de Tongarivo , en survêtement rouge de sportifs ( les musiciens disent maillot en désignant leur tenue de scène ) jouaient leur dernier contrat pour un Famadihana ( exhumation et fête des morts ou ancêtres ) .

Commentaires : Un petit tourbillon charriant la latérite rouge derrière un hotely gasy (gargote). Ces tadio ( tourbillon ) , paraît -il , annonçaient aux grands voyageurs que des " esprits ' ( misy lolo iny é ! ) vont l'accompagner dans son errance interminable à la recherche du " manger " pour vivre et pour faire vivre la famille au village . Bon voyage ! Pourvu que ça soit de bons esprits !


Introduction
Septembre avait été riche en voyages , en images et travaux aussi . C'était enfin la saison intermédiaire ( lohataona) , et la fin de l'hiver austral ( ririnina ) . Et en ce fin d'octobre même où j'essaie de me mémoriser Septembre , cette page sera donc un va - et - vient , d'avant en arrière , entre hier et aujourd'hui . C 'est mon petit agenda de voyages que je vous livre ici . Brut . Mais , après , j'aborderais amplement avec les anecdotes voulus, en temps opportun , tous les fruits de mes pérégrinations en brousse . C'était difficile de thématiser et de sérier les sujets et en tout détachement . Peut - on faire aussi beaucoup de " philosophie " tout en marchant et en courant ?

Commentaires : Avec les paysans du village . organisateur de mon concert suburbain d Ambilombe. Naivo le laitier/Maçon à gauche de la photo et Razily le vacher/réparateur de vélo en chapeau de paille .

Ville/Campagne : Ambilombe :12 Septembre .
Ambilombe vient du mot Vilona ou herbage et signifie " là où le pâturage est abondant " .
C'est un minuscule Fokontany , la plus petite cellule administrative d'État , et qui est composé d'une dizaine de îlots ou modestes regroupements de maisonnées . Ce Fokontany , malgré son appartenance à la grande commune urbaine d'Antsirabe 1 , est essentiellement rural et exerce des activités foncièrement paysannes ( petit élevage ,cultures...) . Le Fokontany est situé à une heure de marche à partir du centre d'Antsirabe , tu prends le direction de l'Est et tu empruntes une mauvaise piste charretière . La population résidente fait un va- et - vient incessant entre la ville et sa campagne pour chercher surtout les moindres activités porteuses de revenus ( domesticité en ville , main d'œuvre ou emploie de gardiennage ...) . Parfois aussi , les hommes valides , bêche à l'épaule , font du sarakantsaha ou des besognes de la terre rémunérés à l'heure ( 1000 Ariary / Heure ou 1, 8 Euros ) . L'élevage intensif de vache laitière fait aussi parti de la spécialité des zone suburbaines d'Antsirabe . Les familles paysannes font elles même leur propre fromage artisanal par exemple ou leur yaourt - maison . Avec son paysage encaissé et ingrat , car la terre est dur à travailler à cause de sa mauvaise qualité , Ambilombe se vide de sa population jeune qui s'en va chercher ailleurs de l'argent et faire leur vie . Ce fokontany semble être une réserve de main d'œuvre et de tireurs de pousse pour la Ville . Inégalité Ville/Campagne ? Le panorama des grandes inégalités sociales est juste à une heure de marche de toutes les villes de Madagascar .
Commentaires : Enseigne de l'école publique d'Ambilombe .Mon concert à Ambilombe avait été organisé par le FRAM ( Association des parents des élèves et dans le but d'offrir une fête à la population des villages .

Commentaires : Coupure de presse collée sur le mur dans l'école primaire du village . Les élèves apprennent parfois la langue Française avec ces coupures de presse . Antsirabe .

Commentaires : Ankazomiriotra . l'école se trouvait à plus d'une heure de marche . Les petits élèves , en groupe tassé , suivent prudemment la route Nationale 34 , vers Morondava . Il était 12 h 30 minutes . Une de mes actions est aussi de soutenir la construction des lycées en Brousse , pour que ces enfants ne seront plus obliger de déménager très loin de leur village et qu'ils puissent jouir d'un enseignement secondaire obligatoire , à proximité . Les bénéfices de nos concerts paysans vont vers les établissements publics . Merci à Mamy Basta le chanteur et le Groupe de Jazz MBOUTA qui m'accompagnent dans ces manifestations de solidarité pour les paysans .

Ankazomiriotra 18 Septembre : route de Morondava .

Cette commune rurale possède maintenant de l'électricité et son centaine d'abonnés au compteur électrique . Les terres sont vastes et sont objet d'importants projets de Zone Industriel agricole ( ZIA ) . C'est le terrain des grandes migrations par excellence . Voir les anciennes séries " Migration " SVP pour les détails car la problématique récurrente reste la même ( organisation paysanne , litige foncier etc...) . Depuis toujours .


Ankazondrano , Tsiroanimandidy Région Bongolava : 26 septembre .
La commune d'Ankazondrano est située en zone rouge et très hostile . Malgré la politique de migration initiée depuis 1950 , date d'installation des pionniers Malgaches Merina et Betsileo surtout , , la zone est toujours sous - peuplée , sous administrée et enclavée . Le nom de la Commune provient de la présence de plus d 'une trentaines de lacs immenses qui se lovent dans des bas fonds fertiles . Ces lacs ne sont pas , hélas , l' objet d'une politique de conservation systématique malgré leur spécificité végétale ( Hasatra ou Jonc endémique et utilitaire ) et animale ( variété de poissons endémiques comme cette famille de tipalia Gasy qui avait été découvert récemment dans les Lacs d'Itasy . C'est le dernier évènement scientifique " Malgache " dont je vous donnerais les détails après . A Suivre .

Commentaires : Un nouveau migrant commence à s'installer dans la région de Bongolava . vous voyez cette case ? avec cette terre rouge fraîchement déblayé et aménagé ?

Tamatave ou Toamasina : 7 octobre .
J'y étais là bas pour participer à une animation organisée par les Régions d'Atsinanana et la Région du Vakinankaratra . Des pages sur les futurs chapitres : ' le paysan et la Mer " sont en préparation . Tamatave , avec ses entêtantes odeurs de girofles et de cannelle reste éternellement flamboyant et mélancolique quand , surtout , ses pluies océaniennes arrosent les soirées crépusculaires . Salama à Radida et Njaka .
Commentaires : pirogue au repos dans la baie de Libanona à Taolagnaro , en attendant les photos de Tamatave .

Commune Mandriankenieny , suburbai
ne d'Antsirabe 10 octobre .

Commentaires : Un paysan tireur de pousse en Ville . Dessin en miniature de Danielson . Nostalgie du village ? repère culturel aussi car , même en ville , le paysan a toujours son village dans son âme .

Mandriankenieny ( Coin des marécages )

Cette fois çi , c'était une campagne fertile avec une population rurale bien enracinée sur ces terres . Tout le contraire d'Ambilombe . Ma présence était pour faire un concert de soutien aux paysans qui désiraient des moyens financiers pour réparer un pont de 24 mètres que de furieux flots causés par les pluies cycloniques d'un ancien météorite , Géralda année 2008 ( ? ) , avaient brisées ( le pont ) en deux . Ce qui m'avait agréablement marqué là bas à Mandriankenieny était que nos paysans nourrissaient leurs vaches laitières avec de la salade et des cressons d'eau douce ! L'abondance est là ?
Commentaires : Peintre anonyme . Pêche dans un étang poissonneux ? Ou l 'art de s'ennuyer et d'être oisif ? Nos pêcheurs n'ont pas de visage si vous observez bien . Tendres et douces sont les couleurs en aquarelle de ce tableau bucolique . Mais qui est le dessinateur ?

Commentaires : Sur la route du sud , les manguiers sont en fleur . Les arbres sont dans l'attente des pluies qui furent bel et bien tombées en ce début Octobre . Sur la photo , les petites nodosités de fruits verts qui deviendront de futures belles mangues pour bientôt .
Commentaires : Faraniaina , la petite laitière livre le lait du soir dans une petite bouteille en plastique de 33 centilitres . Il pleuvait à flot ce soir là , sur la route du Sud . " Omenao ny sariko Ramose an ? Tandremo eo ary ! "( vous devez me donnerez ma Photo Monsieur , Attention , je vous préviens hein ! ) " Mais Bien sûr , promis Faraniana de Sahanivotry " .

Ambos
itra : 29 Octobre .
Concert d'échange artistique avec les musiciens de cette belle région et réunion informelle avec les ONG'S partenaires aussi .

Commentaires : Ville /Campagne ? La maison des deux frères ( tranon' izy mirahalahy ) . Le petit benjamin s'était marié ( Zandry kely ). Il est revenu au village et son ainé lui avait donné sa part d'héritage , qui consistait en une cour située à l'est de sa propre maison blanche et moderne . Le benjamin venait de finir sa nouvelle maison en pisé de style traditionnelle et où sa bicyclette est adossé là , à la porte d'entrée . Quand le benjamin sera aussi riche , il fera aune maison solide et "moderne " comme son frère dans la cour qui reste l'héritage commun . C'est la ville qui exige des maisons dans les normes .

Conclusion :

Bonne fête de la Toussaint .

BEKOTO