vendredi 18 mars 2011

Histoires du Bongolava ( 1 ) : Migration paysanne


Commentaires : Dessin sur un vieux manège mort et abandonné . Ambalakisoa , Antsirabe . Dans le Bongolava , des petits bouviers proposent aux voyageurs des perruches noires et jacassantes , des pintades et souvent des peaux de crocodiles luisantes et vernissées . Le "Ara " sur le dessin provient de l 'imagination fertile du dessinateur par contre .

Bonjour , Salama

Une série narrative recommence avec le Bongolava , immense région sous peuplée , cimetière des projets morts- nés murmure t - on , ou réel paradis des agro - pastoraux sinon . Nous sommes dans le Moyen Ouest encore . La population sur place m ' avait dit , de vive voix , si ma présence serait aussi comme celle de ces " ruisselets d' Hiver dont on connaît les sources , mais finalement on ignore à la fin sa route et sa destinée " ( toy ny FIHAVINY rano ririnina koa ve ianao , fanta - pihaviana fa , avy eo , tsy hita intsony fa verivery an - dàlana en , na lasa javona " Cette remarque pertinente , ironique et subtil à souhait de la part des populations locales , mérite , franchement une large explication et un grand éclairage .
Mais je reprends , à priori , une ancienne page sur les histoires de la Migration chez nous . Et à la prochaine fois , cap sur Tsiroanimandidy , Akadinondry Sakay , à Miandrarivo ...Ces contrées marginalisées par le Temps et l ' Histoire mais "objet de désir " pour les spéculateurs de tous crins et de toutes races

Commentaires : Les deux mortiers à riz ( Fitotoan - bary roa , na laona roa ) et la vieille case des migrants . Commune rurale d 'Ampamoizankova , ancien site migratoire des années 75 et reconverti en contrée d 'exploitation sauvage et informelle d'or de surface . Les mortiers à riz restent côte à côte devant la porte fermée , le vieux pilon est sans doute inutilisé car trop désuet et brisé en deux et le nouveau mortier appartient à une nouvelle famille migrante . Si cette case possède une mémoire et nous raconte son histoire , elle pourrait nous expliquer pourquoi les populations d' ici vivent toujours dans la peur et dans l 'abandon , mais pourquoi aussi de nouveaux venus espèrent et rêvent , avec ferveur , d 'un avenir radieux . Commune d 'Ampamoizankova .

ACTEURS DU MONDE RURAL : Les Migrants ( 1)

Introduction
Le mouvement migratoire interne dans la grande île fait partie de notre héritage socio- historique , et dicte profondément nos us et coutumes . Les proverbes ou les dictons populaires prolifèrent pour désigner cet état de " nomadisme" permanent chez les Malgaches . Le nomadisme Malgache est aussi une des formes vivante de notre civilisation . Le mouvement n'est- il pas aussi la vie ? Malgaches en éternel Ballade ? ( Gasy lava tongotra)
Salama et Bonjour à ces compatriotes Malgaches d' Athènes , de Vancouvert , de Johannesbourg , de Tokyo , de New York , de Moroni ou d 'Aden etc ...

Mitady ravin'ahitra

" Chercher ses pâturages ailleurs " . Ce dicton qui convient justement au bouvier nomade Antandroy emmenant ses zébus dans les espaces lointains et inconnus , est devenu le " parler " courant , même en ville . Et il s'applique aussi à la personne qui va quitter son village ou son foyer pour chercher du travail ailleurs (comme le troupeau , des nouvelles herbes à brouter )
Mitsakaraka sy miremby
" Voyager pour trouver le mieux et pour chercher le bien " . Ainsi pourrait se résumer les deux verbes sus citées . On dit aussi , et c'est le titre d'une émission populaire d'une station de radio privée , " mandehandeha mahita raha " ( celui qui voyage découvre )

Les peuples - migrants

Par ordre d'importance , le mouvement migratoire concernent surtout ces peuples suivants :
Les Antenosy et Antesaka . ( Ceux du sud-est et de l'extrême sud)
Les Vakinankaratra ( ceux dont la région est dominé par le Massif de l'Ankaratra )
Les Merina ( ceux des Hautes Terres centrales )
Les Betsileo eran - tany eran - danitra ( Ceux qui sont les maîtres , en nombre , du ciel et de la Terre . ( 1 )
Les Antandroy ( ceux qui vivent dans les épineux )
Ses peuples ont , plus que les 18 ou plus autres peuples , pour tradition les voyages et la recherche de travail partout ailleurs dans ce monde car " izay mahavelona dia Tanindrazana daholo " Le pays ou le village qui te font vivre seront toujours une patrie nourricière .

Parole de marins

Un jour , des marins Bretons m'avaient interpellé sur la question comparative de la mer et de la Terre .
"Pourquoi vous n'aviez pas une flotte nationale ? pourtant les Malgaches sont des bons marins"(2)
Cette question m'avait bien intrigué .Comme les énigmatiques statues des îles Fidji qui ont tourné le dos à la mer , nous aussi , des Hautes Terres surtout , nous avions oublié l'océan et la mer d' où nos ancêtres-nomades- marins avaient pourtant débarqué un beau jour ou un soir . Il y avait 2 000 ans ? .
Quand les Bretons ont vu et deviné avec moi l'immensité des paysages composés de nos vastes plateaux et profondes vallées silencieuses , alors , sentencieusement, ils ont conclu eux même : " Les paysans sont un peu comme nous les marins Bretons . la dureté du travail de la Terre ou de la pêche en haute mer nous ont conseillé de respecter le silence ...car , marins ou paysans , Parler c'est agir , selon l'adage marin . " Nous on n'a pas de cimetière...on a la mer ". Cette belle chanson marine me passe dans l'esprit comme le vent du large qui semble inviter à un voyage vers l'inconnu de l'aventure .

Merci et bon vendredi .
Bekoto



Commentaires ; Couple de Migrants et le Baobab amoureux de Mangily , Morondava . Miniature sur pousse pousse .

Notes
1) la désignation historique de ce peuple est " betsileo eran-tany eran-danitra " selon l ' Académicien et Pasteur Rainihifina , mais pour des commodités administratives , l'ancienne administration coloniale ne devait retenir que le nom Betsileo . Jusqu'à ce jour . Le pouvoir de tronquer ou de déformer les noms de l'autre , cet étranger .
2) Des marins de l ' île de Groix sont un jour passé dans les villages de Hautes Terres . Mes amitiés " au cailloux et à sa population marine " de Groix .
Prochain chapitre : la Migration intra- régionale à Madagascar .
Il y a en effet une extrême mobilité des Malgaches sur tout le territoire , une mouvance dont le parcours et les itinéraires sont à la fois complexes et logiques . Migrer n'a jamais été une aventure sans nom . C'est un plan de vie .
Le paysan prépare minutieusement d'avance sa feuille de route même si la destination est à des centaines de kilomètres de son village . Et ce qui provoque souvent des malentendus historiques graves c'est le fait d'affirmer , tout de go , que la grande île est déserte , inoccupée . Donc disponible .
Vu d'avion bien sûr , Madagascar semble inhabité . Mais ... à suivre .

2 commentaires:

anna a dit…

c'est un plaisir d'aller sur ce blog, on y oublie l'actualité du moment, on a l'impression de lire un conte, c'est beau
merci à toi mon ami

Aucun commentaire:

Publier un commentaire