samedi 19 février 2011

Tableaux du Moyen Ouest ( Suite 1 )

Réflexions et Vague à l 'âme dans les creux de l ' Histoire


Commentaires : Dicton écrit sur un tombereau ( sarety tànana ) d 'un Migrant Merina des Hautes Terres vivant à Morondava : manorina mba haharitra ou construire et bâtir pour la pérennité , pour la durabilité . La ville est habitée par toutes les races Malgaches ou non et devient ainsi un lieu de brassage des populations de la grande île entière . J 'apprécie particulièrement mes longues soirées de contemplation de l'horizon marin , sur cette plage immaculée , à marée basse . Au loin , le grand continent Africain .


Dessin mural dans un grand hôtel de Morondava .

Deux pirogues à balancier . Le boutre de droite , ventre exposé au soleil de 3 heure de l'après midi (voir les ombres des arbres et des cases SVP ) est enduit d'une fraîche bitume pour son imperméabilité . La bitume elle même provenait des grès bitumeux de Bemolanga . Les pêcheurs usaient déjà "traditionnellement" de ce goudron brut pour rendre étanche leurs embarcations faits en bois imputrescible ( varongo , vaomboana ...) Mythes et réalités du pétrole Malgache , atouts et dangers des richesses en sous sol ? En attendant , les pirogues en auront toujours besoin de ces grès bitumeux .




Commentaires : Photo prise à Taolagnaro , au Sud . Rue sablonneuse et sculpture de 1 mètre en palissandre d'un guerrier nomade Antandroy armé d'une lance à la main droite , juste à droite de la photo .

Village /Ville
La belle ville côtière de Morondava , lors de sa construction dans les années 60 avait été déjà objet de critique"politico - historique" car elle avait été mal conçue dans une embouchure et le port s'envasera avec le temps , selon René Dumont dans son célèbre livre - brûlot :" l 'Afrique noire est mal partie ". Les villes furent donc perçues comme un vrai piège " moderne" , un traquenard historique même car les villes sont aussi des arrièrés à payer .
Mon ami et grand écrivain Francophone Jean Luc Raharimanana , lui , d'évoquer dans son dernier chef d'œuvre que notre "Afrique du futur [ se ] bâtira sur ses belles ruines ". Salama Jean Luc Raharimanana .Ville des migrations inter - régionales , comme toutes les villes Africaines et Malgaches d'ailleurs , celle de Morondava lutte courageusement contre une intense et implacable érosion marine ; les vagues érodent peu à peu ses belles plages blanches et menacent les habitations côtières .
Avec l ' Histoire convulsive et erratique de notre île , le statut de village Malgache s'était explosé vers un autre statut , celui de l'espace urbain . Le passage de l'un vers l'autre semble être un énorme passif en matière de comptabilité car " ces grandes villes ingérables du Sud sont surtout des dettes ". Au moment où la célébration du Cinquantenaire des indépendances Africaine se fait dans le douleur et dans l'espoir ou bien dans des harangues rancunières , revanchardes et aigries par le Mal - développement durant les 50 dernières années , ailleurs , en brousse , dans les steppes infinis ( tanety lava ) et herbeuses du Moyen Ouest de Madagascar , ces paysages muets et magnifiques de dignité gardent leurs secrets millénaires !


Commentaires : Sculpture en frise de bois de couleur rose , largeur 20 centimètre et longueur 120 centimètres . C'est un trompe œil car à bien observer le couleur , j'ai constaté que ce n'est pas en bois de rose véritable ( Bola bola en langage vernaculaire ) mais en sapin coloré en rose . Les côtes saillantes des zébus révèlent le fond de couleur blanche du bois .




Commentaires : Traversée du fleuve Mahajilo par un troupeau de zébus . Le bouvier , lui , se retient avec la queue du zébu .

Zone , Zonage
?
La division des espaces Malgaches en Zones " économiques " dénotent la forte orientation de la politique vers l 'économique . Politique économique entendions nous souvent et sans en faire une confusion sémantique car pour les braves et humbles gens , politique c'est politique et économie c'est économie et La Palice ne dira pas mieux . Politique économique ?
Les Zones franches absorberont , théoriquement , le chômage et apporteraient aussi ce coup de fouet à l'économie des pays pauvres . Les zones d'aménagement Foncier ( ZAF) sont destinés à la Migration et à revaloriser les espaces par la construction de nouvelles villes . Les Zones Industrielles Agricoles ( ZIA ) , seront les monocultures dont la vocation finale reste l'exportation . Mais ce point de vue logique , leur logique , et cette approche spéculative avaient et ont négligés les rôles et la fonction historique et importante des éleveurs Nomades et leur propre économie itinérante qui irrigue la moitiée de Madagascar ( circulation des biens , des produits et des valeurs)
La Notion de Zone doit-il être encore élargie par la prise en compte de ces acteurs de base de l'économie Rurale ? ces acteurs de l 'ombre ? La nouvelle notion Malgacho - Malgache de Zone d'aménagement Agro -pastorale ( Z A A P ) est actuellement l'objet d 'une laborieuse discution ouverte dans les fameuses cellules de réflexion d'économies Alternatives Malgaches . (Lobbying ) .Ce concept étonne , intéresse et dérange à la fois car " hors normes ". Hors normes quand , capricieusement , les logiques paysans et pasteurs nomades échappent encore une fois au " formatage " des grandes écoles . Excuses à mes ex - Professeurs d'être ainsi taquin avec nos " intellos " . Mais ( re) donnez sa place aux Nomades ( Mpiremby , Sarak'an -tsaha , Mpizaha ravin - ahitra ...) et aux itinérants économiques dans un système Malgache et dans une société majoritairement rurale , même si notre Société se cherche encore . Chercher ensemble .
C 'est " Sympa " comme projet , non ? Car le pays se construira sur ses propres ruines et avec ses propres cultures Malgaches d'abord et universelles ensuite .






Commentaires : Canal de Mozambique . Un petit deux mâts revient au port après une dure journée de pêche infructueuse . Et dire qu'au loin , si je nage à travers cette belle mer turquoise , j'aborderais les côtes de l ' Afrique . Maputo précisément où les géniaux artisans Mozambicains ont transformé les fusils et les tanks en charrues et en arts décoratifs destinés aux touristes ." L ' avenir n'est écrit nul part . L'avenir c'est que nous en ferons maintenant " selon Amin Maalouf dans son élégante mais tragique essaie : Les identités meurtrières . Ha ! j'ai hâte de revenir sur Terre avec les petits paysans de "chez moi ". L'air marin me rends songeur et un peu complexe des fois . Le cœur a ses raisons ... J ' aime tellement aussi notre cher Canal de Mozambique .

Bon Week end

Bekoto

PS : à suivre : Perspectives d'avenir du Moyen Ouest ( Fin ).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire